Dans la bibliothèque de la bibliothérapeute : Stand-by

April 18, 2018

Stand-by, roman feuilleton en 4 tomes de Bruno Pellegrino, Aude Seigne et Daniel Vuataz, publié aux éditions Zoé

 

Alix, Florence, Virgile et les autres. Ils sont nos contemporains, vivent avec leur époque et sa technologie. Ils se déplacent le casque sur les oreilles, bercés par une playlist, aiment sur Facebook et se mettent en scène dans des selfies. Les technologies numériques ne  les montrent pas seulement tels qu’ils sont, elles les influencent, façonnent aussi un peu leurs rapports aux autres.

 

“Vasko sort son téléphone. Il le tient à bout de bras au-dessus d'eux, Virgile et Nora l’entourent et collent leurs joues aux siennes -sans l'appareil ils ne resteraient jamais comme cela , aussi longtemps, aussi près les uns des autres”.

 

Toute l'expérience qu’ils font du monde, c’est en la diffusant sur le net qu’ils la partagent et l’enrichissent. C’est là aussi qu’ils s'informent de la marche du monde et voient les premières images d’un volcan qui se réveille, quelque part en Italie.

 

“Les volcans, ici, disposent du dessus et du dessous, recrachent les enfers à la face des humains ou engouffrent le monde si ça leur chante.”

 

Cette éruption, c’est l’irruption brutale d’une nature vécue comme originelle dans un monde de grande technicité. Les avions sont désormais cloués au sol, les départs suspendus, les projets différés.

 

Dans cette confrontation avec les forces de la nature, le livre ne dresse pas le bilan caricatural d’une époque que la technologie aurait abrutie ou laissée sans défense. Les réseaux sociaux y sont montrés comme de formidables occasions de se lier aux autres, de rester proches et attentifs malgré les distances. L’intrigue les utilise d’ailleurs habilement pour nous dévoiler peu à peu les liens qui unissent les personnages.

 

Co-écrit par trois auteurs, comme les sont les scénarios des séries télé, ce premier tome d’une série de quatre est celui de l'exposition. Il nous promène entre Paris, Kotor au Monténégro et un campement au Groenland. Accompagné d’illustrations de Frédéric Pajak, le récit est fluide, l'écriture est juste. Elle ne cède pas à la tentation de “faire jeune” pour accompagner les personnages mais nous les montre dans toute leur profondeur et leur complexité.

 

Please reload

Articles récents
Please reload

Rechercher dans les articles

Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic