"Yoga du livre" au lycée : écoute active et bienveillante, lecture à voix haute et écriture collective

Le dispositif baptisé "Yoga du livre" permet de se poser dans l'écoute et la lecture de textes littéraires. Adapté à un public de lycéens, il permet d’expérimenter :

 

L'écoute bienveillante

La lecture chorale ouvre l’atelier : un texte est distribué sous forme de fragments répartis entre les élèves. Les droits du lecteur sont rappelés (bafouiller, trébucher…). Je demande ensuite à certains de relire leur fragment mais en y ajoutant une intonation : à la manière d’une vedette de télé-réalité, par exemple. La consigne détend l'atmosphère et les élèves s'encouragent les uns les autres.

 

La lecture à voix haute

Les élèves se voient remettre un texte (extrait de roman, poésie…) et ont quelques minutes pour en prendre connaissance avant de le lire à voix haute. J'explicite parfois un contexte obscur ou donne quelques éléments biographiques sur l’auteur. Si les difficultés de lecture me semblent mineures, les élèves sont malgré tout peu conscients de l’engagement que demande une lecture à voix haute pour être partagée avec plaisir.

 

L'écoute active

Les élèves-auditeurs savent qu’ils seront ensuite invités à écrire, sur une grande feuille affichée au mur, un mot en écho à cette lecture : mot lu par le camarade, mot évoqué par cette lecture ou mot qui trotte dans la tête. C

 

ette invitation garantit une écoute attentive des textes lus, même si leur compréhension est parfois difficile.

 

L'écriture collective

Les mots écrits en écho aux lectures sont parfois déroutants mais je n’exerce aucune censure (le seul mot rayé l’a été par l'élève lui-même). Les élèves sont conscients du registre de vocabulaire utilisé et n’envisagent la transgression des règles de vie du lycée que dans le cadre offert par l’atelier. Les mots récoltés servent à l'écriture d’un poème. Je donne pour consigne d’utiliser des vers libres et d'éviter les associations de termes qui semblent trop évidentes. Les élèves recourent régulièrement aux rimes, comme le font les rappeurs qu’ils ont l’habitude d'écouter. Chaque proposition d’un élève est spontanément intégrée au texte par l’ensemble du groupe. La dynamique est excellente et le poème revendiqué par tous (pris en photo ou signé par l’ensemble des élèves).

 

Le temps d’écriture collective est celui qui a remporté la plus forte adhésion de la part des élèves. La découverte d’extraits de textes littéraires n’a pas suscité chez eux le même enthousiasme (même si une élève a demandé à emporter l’un des poèmes pour le partager avec un ami). On peut imaginer qu’une démarche active d'écriture serait pour eux une porte d'entrée vers une lecture-plaisir.

Please reload

Articles récents
Please reload

Rechercher dans les articles

Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic