• Nathalie Palayret

Miss Marple, Hercule Poirot et la bibliothérapie



Beaucoup de livres ont tenté de cerner le "mystère Agatha Christie".

Celui de Sonia Feertchak, "La vérité tue. Agatha Christie et la famille" propose de délaisser un instant le crime pour s'intéresser au langage.


Sonia Feertchak fait le constat que beaucoup de récits policiers d’Agatha Christie ont pour cadre la famille et ses secrets. La banalité du mal y est le moteur du crime et c'est "l'intoxication du langage" qui empêche les victimes de penser ce qu'elles ont subi.

Quand le silence interdit de dire le mal au sein de la famille, on ne peut accéder au réel que par l'indice. Et celui-ci se cache dans le langage.


Pour aller plus loin dans la réflexion (et faire fonctionner nos petites cellules grises), une émission de France Culture à réécouter ici



10 vues0 commentaire