• Nathalie Palayret

Le livre qui fait du bien : La nuit. Le sommeil. La mort. Les étoiles.


Un livre pour rire, pleurer et s'émouvoir...

 

La nuit. Le sommeil. La mort. Les étoiles., un roman de Joyce Carol Oates, traduit par Claude Seban et paru aux éditions Philippe Rey



Le pitch : le respecté John Earle McLaren (il a même été maire de la ville il y a longtemps de cela) est mort suite à des brutalités policières. Ce patriarche laisse derrière lui une veuve éplorée (comme il se se doit) et cinq enfants qui peinent à se construire des vies d'adultes.


Pourquoi ça fait du bien : Joyce Carol Oates ne crée pas des personnages, elle les fait vivre pour nous, dans toute leur singularité et leur complexité. Au-delà du deuil et de la perte, au-delà du chagrin et de la sidération, la mort du père va amener chacun des membres de la famille à explorer de nouvelles voies. Et si, une fois cette figure paternelle disparue, chacun pouvait enfin se construire une vie à soi ?


L'extrait : "Sur le ton de la confidence, une infirmière presse les filles McLaren : Ramenez votre mère chez elle. Désagréable d'entendre ce votre mère qui fait abstraction de sa présence. Est-ce un avant-goût de la vieillesse, de la vieillesse et de l'infirmité : être "conduite" avec douceur mais fermement le long d'un couloir, observée dans ses moindres mouvements, car si vous donnez l'impression de trébucher, de vaciller, d'être près de vous évanouir, des bras forts (c'est-à-dire plus jeunes) vous saisiront et vous aideront ; et Jessalyn n'est pas du genre à faire un éclat dans un lieu public, elle a toujours été la plus courtoise, la plus obligeante, la moins agressive des personnes, une femme ravissante, une femme, épouse, mère, grand-mère bien-aimée, qui s'efforce de ne pas être prise de panique à l'idée que son mari ne sera pas à la maison.

Même une seule nuit. Impensable."





0 vue0 commentaire