• Nathalie Palayret

Le livre qui fait du bien : Crazy Brave


Un livre pour rire, pleurer et s'émouvoir...



Crazy Brave de Joy Harjo, traduction de Nelcya Delanoë et Joëlle Rostkowski (éditions Calmann-Levy)





Le pitch : née à Tulsa (Oklahoma) en 1951 d’une mère cherokee et d’un père creek, Joy Harjo livre ici un récit autobiographique. La pauvreté, la violence et la solitude mais aussi la fierté d'appartenir à un peuple qui n'oublie pas ses Ancêtres


Pourquoi ça fait du bien : le parcours de Joy Harjo fut difficile et elle ne nous en cache pas les moments les plus sordides. Mais Joy est forte et courageuse et ses racines sont solides. Elle nous dit qu'une reconstruction est toujours possible et montre comment la découverte de sa propre créativité peut y contribuer. Cette autobiographie est sans complaisance mais aussi sans apitoiement ni culpabilisation.

Son écriture limpide et poétique permet à chaque lecteur d'entrer avec aisance dans ce court récit.



L'extrait : "J'hésitais à venir au monde, mais la musique m'a appelée. Dès lors, j'avais une mission. Je devais porter des voix, des chantes et des histoires. Alors on les entendrait et elles pourraient se diffuser dans le monde. Ainsi j'apporterais aide et inspiration. Telle était ma responsabilité. Au fond, rien d'extraordinaire. Il en va ainsi pour chacun d'entre nous. Nous faisons partie d'une histoire familiale, d'histoires tribales, de clans, de villes, de nations, de territoires, de pays, de systèmes planétaires et d'univers. Et pourtant, chacun doit aussi veiller au parcours de son âme."


En savoir plus : ici

9 vues0 commentaire