• Nathalie Palayret

La sélection de la bibliothérapeute : Une vie d'homme

Mis à jour : mai 12


Vivre "une vie d'homme", ça consiste en quoi ? La philosophie n'est pas seule à tenter d'apporter une réponse à cette question. La littérature nous laisse entrevoir et expérimenter virtuellement tout un éventail de possibilités.

Portnoy et son complexe, de Philip Roth

"Cessez donc de nous tanner pour nous exhorter à être sages ! Nous exhorter à être gentil ! Fichez-nous la paix, nom de Dieu, et laissez-nous nous tripoter tranquillement nos petites quéquettes et ruminer nos petites pensées égoïstes –arrêtez donc de vouloir respectabiliser nos mains, nos zizis et nos bouches ! Aux chiottes les vitamines et l’huile de foie de morue ! Donnez-nous simplement chaque jour notre chair quotidienne !"

Don Quichotte de la Manche, de Miguel de Cervantes

"Ayant donc nettoyé ses armes, fait du morion une salade, donné un nom à son bidet et à lui-même la confirmation, il se persuada qu'il ne lui manquait plus rien, sinon de chercher une dame de qui tomber amoureux, car, pour lui, le chevalier errant sans amour était un arbre sans feuilles et sans fruits, un corps sans âme."

Vendredi ou la vie sauvage, de Michel Tournier

"C'est alors qu'il comprit qu'il ne quitterait jamais l'île. Ce Whitebird avec ses hommes, c'était l'envoyé d'une civilisation où il ne voulait pas retourner. Il se sentait jeune, beau et fort à condition de demeurer à Speranza avec Vendredi."

Frankenstein, de Mary Shelley

"Si je suis méchant, c'est que je suis malheureux. Ne suis-je pas repoussé et haï par tous les hommes ? Toi, mon créateur, tu voudrais me lacérer et triompher de moi ; souviens-t'en et dis-moi pourquoi il me faudrait avoir davantage pitié de l'homme qu'il n'a pitié de moi ?"

Une odyssée, de Daniel Mendelsohn

"Aie toujours Ithaque en tête. Y parvenir est ta destinée. Mais ne hâte en rien ton voyage. Mieux vaut qu'il dure nombre d'années ; Que tu ne jettes l'ancre qu'une fois devenu vieux, riche de tout ce que tu auras glané en chemin, sans attendre d'Ithaque qu'elle te rende riche."

Les mémoires d'Hadrien, de Marguerite Yourcenar

"Il m'arrive de penser que les grands hommes se caractérisent justement par leur position extrême, où leur héroïsme est de se tenir toute la vie. Ils sont nos pôles, ou nos antipodes. J'ai occupé toutes les positions extrêmes tour à tour, mais je ne m'y suis pas tenu; la vie m'en a toujours fait glisser."