• Nathalie Palayret

La poésie, c'est meilleur quand on la mâchouille


La poésie, on peut en lire et en écrire, mais c'est encore meilleur quand on prend le temps de la mâchouiller.


Sur ce blog, je propose régulièrement des sélections de recueils de poésie, sélections partielles (je ne prétends pas faire le tour de la question) et partiales puisque je ne sélectionne que des recueils que j'ai personnellement éprouvés.

Ainsi de la sélection "Poésie d'ici et d'ailleurs" ou, plus récemment "Poétesse, ça se dit ?"


Bien évidemment, dans ma pratique de bibliothérapeute, j'encourage toujours les participants aux séances individuelles ou aux ateliers collectifs à se lancer à leur tour dans l'écriture de poésie. Il ne s'agit pas de réaliser une performance mais bien de prendre plaisir à écrire, même quand les mots s'échappent.


Pour susciter l'envie de découvrir la poésie contemporaine et de s'en saisir, je vous propose régulièrement "Un poème à lire, un poème à écrire" sur des thèmes aussi divers que "Dès demain" , "Se donner le soleil" ou même "Mettre un éléphant dans un poème".


Ainsi donc, sans hésiter j'encourage à lire et à écrire de la poésie, et c'est même principalement autour d'elle que j'ai construit ma pratique de bibliothérapeute.

Mais on peut faire autre chose avec la poésie ! L'étudier ? Je ne le recommande pas... mais la mâchouiller, ça oui !


Comment s'y prendre pour mâchouiller la poésie ? Voici un petit mode d'emploi qui devrait vous permettre de vous lancer :


  1. Choisir un poème très court pour commencer ou bien un très long

  2. Le choisir parce que tous les mots en sont simples et connus ou bien compliqués et incompréhensibles

  3. S'installer dans un endroit désert ou au milieu de la foule

  4. Commencer par chuchoter le poème ou bien le déclamer à haute voix

  5. Le dire très lentement ou bien très vite à toute berzingue

  6. Ne le lire qu'une fois ou bien le répéter en boucle

  7. Oublier le sens du poème et ce que le poète a voulu dire et...

  8. Dire chaque vers comme si on le mâchouillait, en le sentant tourner dans le bouche, se cogner au palais, se coincer entre les dents et s'emmêler dans la langue


Bref, vous l'aurez compris, il n'y a pas que'une seule façon de mâchouiller un poème ! Il s'agit avant tout de plaisir : celui que l'on s'accorde à soi-même dans son lien avec ce poème-là que l'on s'est choisi. Et ce plaisir, c'est à chacun de nous de le construire peu à peu.


Quelques idées de poèmes pour commencer ?

sur le site du Printemps des poètes : "Petites voix" de Francis Dannemark

sur le site Beauty will save the world : "Qui suis-je" de Aleyda Quevedo Rojas

sur le site Terre à ciel : "Blottis contre la brume" de Guillaume Siaudeau

sur le blog Un poème pour la route : "En armes !" de Sylvain Patthieu

sur le site Poezibao : "Les épines rouges" de Sophie Loizeau

sur le site Arbralettres : "La première luciole" de Issa

sur le site Terres de femmes : "A l'orée" de Sylvie Fabre G.

sans oublier des extraits des livres de Albane Gellé à retrouver sur son blog











0 vue0 commentaire