• Nathalie Palayret

La bibliothérapie en pratique : Tomber amoureux


D'abord, un texte à lire lentement, tranquillement. Le mieux, c'est encore de lire à voix haute, même si on croit qu'on ne lit pas bien. On lit, on relit encore.

D'abord on veut comprendre le sens puis on devient sensible au rythme et à la poésie du texte.

[A télécharger sous forme de fiche pratique en format PDF en cliquant ci-dessous.]

Tomber amoureux
.pdf
Download PDF • 8.17MB

Quelques secondes, non, quelques battements de cœur plus tard, ils se faisaient face, émus et frissonnants - ils ne savaient pas que nul ne pouvait remarquer leur tremblement intérieur ; tout au contraire, ils n'avaient jamais paru aussi recueillis et sereins qu'en cet instant-, et ils se regardèrent d'abord un long moment. Thomas, comme la veille, éprouvait de la crainte, mais celle-ci se doublait à présent d'une sensation de joie si intense que l'angoisse en était reléguée à l'arrière-plan. Ils savaient déjà qu'au fond la teneur de leur conversation importait peu, qu'il n'était pas important de savoir s'ils avaient des choses à se dire ou non, que rien de tout cela ne comptait, parce qu'ils appartenaient déjà l'un à l'autre. Sabine le savait déjà depuis la veille (et voilà déjà deux ans qu'elle souhaitait le savoir), Thomas n'en prit conscience qu'en cet instant. Plus tard, il ne se souvint même plus des mots par lesquels ils avaient engagé la conversation, il se rappelait simplement qu'au bout de quelques instants à peine ils traversaient déjà la foule main dans la main, le plus naturellement du monde, et qu'il était heureux, si heureux, comblé comme un roi.


Extrait de "Le lilas rouge" de Reinhard Kaiser-Mühlecker, traduction de Olivier Le Lay


Il ne s'agit pas du récit d'un coup de foudre, ce n'est pas la première fois que Sabine et Thomas se rencontrent. Et pourtant, cet instant marque bien le début de quelque chose.

Si vous deviez, à votre tour, réécrire ce récit à la première personne ("... nous nous faisions face..., j'éprouvais de la crainte..."), que choisiriez-vous de conserver ou de modifier ?

Quels sont les mots que vous ne voudriez pas écrire et par quels mots pourriez-vous les remplacer ?


11 vues0 commentaire