• Nathalie Palayret

La bibliothérapie en pratique : La liste



Clémentine Mélois ramasse les listes de courses qui traînent par terre ou au fond des caddies. Loin de les considérer comme négligeables, elle y voit une forme d'écriture intime. Et pour l'écrivain, tant de vies sont à découvrir ou à inventer à partir de ces listes.



[A télécharger sous forme de fiche pratique en format PDF en cliquant ici.]


J’ai le plaisir des listes et de ce qu’elles m’apprennent de l’intimité des gens, avec un voyeurisme atténué par l’anonymat.

Tout le monde ou presque écrit des listes, et c’est bien d’écriture dont il est question à travers cette collection. Écrire pour ne pas oublier, écrire sans se surveiller, sans fioritures, tel qu’en soi-même, écrire ce dont on a vraiment besoin.

Les listes de commissions, comme le journal intime, ne sont pas censées être lues.

Elles révèlent les manies, les habitudes, le caractère, la graphie et l’orthographe de chacun. On les jette pourtant sans façons (elles sont biodégradables), on les expose de façon impudique aux yeux de tous.

Qui s’intéresse à un bout de papier qui traîne ? Cela n’a aucune importance. Et pourtant.

Dès que j’en découvre une, je me dis « ah ! Celle-là je ne l’avais pas ! » comme pourrait s’écrier un enfant qui collectionne les images Panini.

Je me livre ensuite à une parodie d’enquête pour tenter de deviner qui se cache derrière cette écriture.

Est-ce un homme ou une femme ? Celui-ci suit un régime, celle-là va faire un gâteau, reçoit-elle de la visite ? Son chat a l’air trop gâté, il est maniaque, elle est étourdie, quel âge a-t-il ?L’étude que je mène n’est qu’une fiction, un jeu. Je me raconte des histoires.

Mais la poésie qui se dégage de ces listes est bien réelle.

Ces écritures en disent beaucoup sur nos habitudes communes, nos manies, notre histoire et nos tics. Elles captent une vérité qui me touche.

De cette collection (qui tient dans plusieurs boîtes à chaussures), j’ai extrait quatre-vingt-dix-neuf listes.

Chacune a été écrite par un quelqu’un ou une quelqu’une dont j’ai imaginé la vie, les préoccupations et le langage.

Ils forment ensemble les personnages de ce livre, ces histoires sont leurs portraits.


extrait de "Sinon j'oublie" de Clémentine Mélois

Ce texte nous invite à  porter notre attention sur les actes du quotidien apparemment peu importants mais qui font partie de ce que nous sommes et contribuent à nous définir.


Je vous propose d'écrire à votre tour votre liste de courses.

Une liste qui dresse votre portrait, portrait fidèle ou retouché...


Faites-vous plaisir et ne vous refusez rien !

#Bibliothérapie #Bibliothérapeute #liste #écriture